PIERRE FREY

 

Une maison familiale et novatrice

Ce matin j'ai rendez-vous au 47 rue des Petits-Champs à Paris, émue de rencontrer la Maison Pierre Frey, qui crée, édite et fabrique des étoffes dont j'adore le travail éclectique.

Véritable maison familiale fondée en 1935 par le grand-père Pierre, elle est aussi dirigée par son fils Patrick et ses petits-fils, Vincent, Matthieu et Pierre. C'est avec ce dernier que j'ai rendez-vous aujourd'hui. C'est vraiment cet esprit familial qui m'envahit quand je pénètre ce lieu. 

Pouvez-vous me raconter comment cette histoire est née? 

L'histoire a commencé il y a 83 ans. Mon grand-père voulait créer des tissus mais ne savait pas dessiner. Il avait des amis artistes et leur a demandé des croquis. On était en pleine époque surréaliste. C'est ainsi que l'histoire de la Maison Pierre Frey a commencé, et que les collaborations avec les artistes ont démarré. Aujourd'hui, la Maison travaille toujours en collaboration avec des artistes. Ils nous arrivent d'être commanditaire d'une oeuvre, mais c'est le plus souvent le fruit d'une rencontre, comme avec Louise Bourgoin. Envie d'attendre la prochaine rencontre. 

Comment un père arrive t-il à communiquer à son ou ses fils l'envie de travailler avec lui, et cela sur deux générations? 

Notre père ne nous a jamais forcés, mais le textile fait partie de notre vie. Me concernant, à la fin de mon école de commerce, je devais faire un stage de fin d'étude, je l'ai fait chez Pierre Frey et depuis je n'ai jamais plus quitté l'entreprise, c'est ma passion, ma vie.

Vincent, mon frère, qui travaillait dans la finance nous a rejoint en 2004, lors du rachat de l'entreprise Boussac. On avait besoin de compétences telles que les siennes. Il est aujourd'hui Directeur Général du groupe. Matthieu, lui, travaillait chez Rémy Cointreau en Asie, une autre entreprise familiale. Il a eu envie il y a 7 ans de faire la même chose dans l'entreprise familiale. On voulait se développer en Asie, il a construit Pierre Frey à Singapour. 

Mon père, Patrick, lui est rentré dans l'entreprise de façon différente : il était fils unique. Mon père a su nous inculquer de l'amour, du respect, peut-être est-ce la raison pour laquelle on s'entend très bien depuis tout petit tous les trois. On n'est pas forcément d'accord de prime abord, mais on finit toujours par s'entendre. Il a réussi à nous transmettre sa passion, ses envies, son regard, le goût des belles choses. 

Comment décririez-vous les fondamentaux de l’entreprise?

Les notions de savoir-faire et de qualité constituent nos vrais fondamentaux. Le plus, l’éclectisme des inspirations, des produits, des équipes, des clients. On plaît aux jeunes comme aux personnes plus âgées.

Vous participez avec force et conviction au rayonnement international de l’art de vivre français…

Oui, nous sommes membres du Comité Colbert, créé en 1954. C’est une association qui fait rayonner les maisons françaises, le luxe, et les institutions culturelles à travers le monde par leur communication, par le savoir faire, par le copyright, en organisant des événements partout dans le monde. C’est un comité très actif. Tous les membres sont très impliqués, car ils sont les présidents, les propriétaires, les actionnaires des différentes sociétés composant le Comité. Ils ont ainsi le pouvoir de faire changer et bouger les choses très vite.

Mais également car 70% de notre chiffre d’affaire se fait à l’étranger. Notre les Etats Unis, suivi par l’Angleterre, mais aussi l’Asie où 25 agents rayonnent entre l’Inde et la Nouvelle Zélande.

Notre volonté est de grandir, de continuer à fabriquer en France et en Italie (90% des tissus y sont produits). On est en train de développer Pierre Frey mobilier, qui développera des assises, des têtes de lit, des canapés. Aujourd’hui, Pierre Frey, s’est cinq marques et quatre métier.

 

Quelles sont les différentes étapes de la création d’un produit?

Pour un tissage, c’est très long, environ 18 mois. Pour un imprimé c’est plus rapide. Un nouveau tissu, c’est environ 6 à 8 semaines, si le prototype ne convient pas, c’est à nouveau 6 à 8 semaines.

On sort à peu près 90 produits par an, entre les tissus et les papiers peints. Certains tissus existent dans 35 couleurs, ce qui fait environ 800 références.

 

Quelle est votre prochaine création?

Une collection avec l’artiste Victoria Maria, représentant des serpents sur des formats atypiques. Cependant, les deux premiers produits créés par mon grand père existent toujours : un motif girafe et un lin qui existe en 90 couleurs. La tradition est toujours présente.

Par Elka Leonard

site bandeau.jpg

Pour les addicts du papier, les amoureux du facteur, et du courrier tant attendu, LIFE IS ART lance son abonnement!
 

Faites de votre boîte aux lettres un écrin d'épicurisme et d'art quatre fois par an.

LIFE IS ART reste gratuit, seuls les frais d'envoi sont à votre charge.

 

Life is Art,

dans votre boîte aux lettres.

 

© 2018 LIFE IS ART MAGAZINE édité par SARL Lodiska - 45 cours de la Libération - 33000 BORDEAUX - FRANCE