L'YNDO

Rencontre épicurienne

Trop contente que Bordeaux accueille l’exposition de Gérard Rancinan et Caroline Gaudriault, à l’Institut culturel Bernard Magrez, je m’y rends pour le week-end. Jeanne m’a conseillé de poser mes valises à l’hôtel Yndo. Comme je suis toujours les conseils de Jeanne les yeux fermés, je réserve ! 

 

La magie opère instantanément dès que je traverse la cour pour entrer dans ce magnifique hôtel particulier, typiquement bordelais, du XIXème. En poussant la porte, des énergies fortes et positives m’envahissent et curieusement, alors que je ne connaissais pas cet endroit, je m’y sens comme chez moi. C’est Agnès la propriétaire des lieux qui m’accueille, un peu comme si j’étais une amie de la famille. Connaissant Jeanne et sachant que je suis artiste, elle m’a réservé la suite Yndo. Pour atteindre cette suite exclusive, je traverse une petite cour agrémentée d’une adorable terrasse, et découvre que j’ai les mêmes goûts éclectiques qu’Agnès : un lampadaire en série limitée Cappellini dessiné par Marcel Wanders, une console bureau de Neri & Hu éditée par De La Espada, des vases de Murano de la maison Purho dessinés par Karim Rashid, et le goût des belles choses. La salle de bain est hyper fonctionnelle, (j’adore pouvoir y poser mes 56 produits), et la douche immense, je vais pouvoir y danser le Rock ! 

 

J’appelle de suite Gaspard pour savoir à quelle heure il arrive, et je me dirige vers le bar en l’attendant. Cette cour est vraiment ravissante…

Je commande un verre de Chassagne-Montrachet, puis pars en excursion, à la découverte de l’hôtel. Dans l’entrée, je m’extasie devant une magnifique céramique d’art de Joël Cazaux. Le salon est somptueux, des moulures à l’ancienne partout, et un dégradé de mauve du sol au plafond juste extraordinaire. Agnès, en m’apportant mon verre, m’explique que les murs ont été réalisés au tampon par une artiste. Je la félicite sur le choix du mobilier très pointu, et m’extasie sur un fauteuil «sharpei», (le fauteuil Grinza édité par Edra et designé par Fernando & Humberto Campana) dans lequel j’ai juste envie de me lover. Elle m’explique que ce sont des meubles et objets chinés avec la plus grande attention. Je ne la connais que depuis une heure, et j’ai l’impression de discuter avec une amie. Alors, c’est tout naturellement que je lui propose de prendre un verre avec moi, et c’est avec le plus grand plaisir qu’Agnès me raconte l’histoire de l’hôtel, et ses anecdotes. J’ai l’impression de traverser le temps et de me retrouver dans un salon littéraire du siècle dernier, où je pourrais rencontrer de façon fortuite des designers, des collectionneurs ou des artistes.... L’Yndo est le point de rencontre, sur Bordeaux, des esthètes du monde entier.

 

Mademoiselle de la Brindille

 

PS: Pour ceux qui voudraient poursuivre l’expérience sur le bassin, Agnès ouvre une 13ème chambre au port ostréicole du Cap-Ferret : la cabane poétique.

Anecdotes

« Les clients me font souvent des cadeaux, et un jour j’ai reçu un petit photophore Bernardaud. En discutant avec une designer japonaise rencontrée au petit déjeuner, j’apprends au cours de la conversation que c’est elle qui a dessiné ce petit photophore il y a 20 ans. »

« Un grand galeriste milanais, venu pour un vernissage au Musée des Arts Décoratifs, a réalisé au moment du dîner que les autres convives étaient des collectionneurs venus pour la même exposition. Au cours de la discussion ce dernier m’adressa un très beau compliment «Madame, vous avez inventé l’hôtellerie de demain», d’autant que c’était au moment de l’ouverture il y a 5 ans.»

« Mon Fizz, un Shitzu, a séduit un comédien célèbre. Faisant mine de me le kidnapper, je lui ai plutôt proposé de lui trouver son Médor. Un peu compliqué, mais aimant tellement faire plaisir, j’ai fini par trouver un bébé chien à Saint-André-de-Cubzac. Il est tombé sous le charme de suite, nous sommes repartis avec Médor et pendant qu’il jouait la dernière au théâtre, je lui ai offert laisse et sac de croquettes pour le retour. Cela crée des liens [sourire]. »

« Mon idole en architecture est Rudy Ricciotti. J’adore son originalité et j’ai eu le grand plaisir de l’accueillir à l’hôtel. C’est moi qui ai pris la réservation, j’étais folle de joie ! Il était impressionné de voir ce que j’avais fait de cet hôtel toute seule, et que quelqu’un d’aussi talentueux soit attentif à mon travail, est très gratifiant. »

site bandeau.jpg

Pour les addicts du papier, les amoureux du facteur, et du courrier tant attendu, LIFE IS ART lance son abonnement!
 

Faites de votre boîte aux lettres un écrin d'épicurisme et d'art quatre fois par an.

LIFE IS ART reste gratuit, seuls les frais d'envoi sont à votre charge.

 

Life is Art,

dans votre boîte aux lettres.

 

© 2018 LIFE IS ART MAGAZINE édité par SARL Lodiska - 45 cours de la Libération - 33000 BORDEAUX - FRANCE