CAPUCINE MAURY-LARIBIERE

Une femme solaire et inspirante pour le Bar de la Plage

Je viens d’apprendre que Capucine, qui possède Le Bar de la Plage à Biarritz, se couche tous les soirs à 3h du matin et se lève à 7h30, pour emmener ses enfants à l’école! Les bras m’en tombent! Je viens de trouver plus Wonder Woman que moi, ou plus insomniaque ? Il faut que j’enquête. Pour ceux qui ne connaissent pas Le Bar de la Plage, c’est face à la mer sur la Grande Plage de Biarritz, un endroit incontournable. Le week-end et tous les soirs de juillet et août, on pousse les tables du restaurant pour danser jusqu’à deux heures du matin, avec des DJs de renom. Mais qui est donc sa propriétaire Marie-Capucine Maury-Laribière? 

Je ne peux me retenir de poser la question qui me brûle les lèvres : Comment faites-vous pour tenir ce rythme ?


Avec un sourire d’une oreille à l’autre, Capucine me répond : je suis hyperactive, ultra optimiste, très solaire et hyper heureuse, et comme je fais un métier qui me passionne, je n’ai pas l’impression de travailler. Mais ok j’ai aussi une super baby-sitter!

Vous avez toujours fait ce métier ?


Mon Dieu, non ! J’ai passé 32 ans à me chercher ! Comme quoi il faut toujours espérer. J’ai exercé une multitude de métiers qui ne m’ont pas satisfaite : commerce international, agent immobilier, agence de communication. Le pire : manager à l’hôtel Costes à Paris, pendant 2 ans, où je devais porter des talons de 10 cm alors que j’avais un problème au genou. Je rentrais tous les soirs en pleurant. Et puis un jour, j’ai fui Paris et me suis réfugiée chez mes parents à Biarritz qui tenaient un restaurant. La semaine qui suivait, je rencontrais le père de mes enfants.
Ce n’est qu’un an après que nous avons ouvert un restaurant avec mon mari. Je venais d’accoucher de mon premier enfant et était enceinte du deuxième. Le Bar de la Plage est né et je me suis découvert à ce moment-là, la passion de la restauration.

Qu’aimez-vous dans ce métier ?


À la base, je suis une grande fêtarde, épicurienne, et j’aime les gens. J’embrasse de près ou de loin, 2000 personnes par jour! [rires] J’adore profiter de chaque seconde de la vie, créer, gérer, et ce métier c’est un mélange de tout ce que j’aime. Le moment que je préfère: quand le restaurant est blindé de monde, l’effervescence qui en résulte.

C’est-à-dire tous les soirs ?
[Rires] 

C’est l’endroit le plus couru de Biarritz, non ?


[Sourire]. Je travaille très dur pour cela. Avec les enfants, plus le temps de faire la sieste, car quand je finis le service, ils rentrent de l’école, et je veux trop profiter d’eux ! Mais je suis une battante, et j’ai des équipes formidables. Mon mentor, c’était mon grand-père Michel. Un homme très patriarcal, aimé de tous. Il était le leader mondial dans le domaine de la tuilerie. Un jour, en allant travailler, il s’est fait kidnapper. Ses employés l’aimaient tellement, qu’ils ont tous voulu se cotiser pour payer la rançon ! Il a finalement été libéré. Cela prouve le lien qu’il avait avec ses employés. Je veux être aimée au travail comme il a été aimé. C’est peut-être cela qui attire les gens. Je suis fédératrice et j’aime tirer les gens vers le haut avec moi. 

Si on veut vous inviter à dîner un soir…


Compliqué ! Un ami la semaine dernière m’a demandé quand est-ce qu’on pourrait aller dîner et quel était mon jour de repos. En fait, il s’est rendu compte que je n’en avais pas. [Rires]. Mais comme je m’éclate en travaillant…

Vous avez ouvert un deuxième établissement, et un troisième pour l’été. Comment décririez-vous votre signature ?


Primo, il me faut un bon cuisinier dans toutes mes affaires. J’aime quand on me dit « Waouh c’est beau, c’est bon ! » Tous mes produits sont frais et faits maison. Ensuite, le lieu doit être le plus convivial possible. J’aime que les gens soient bien accueillis. Du coup, je les recrute en fonction de leur sourire. Je répète tous les mois que lorsqu’on réussit, ça ne nous donne pas l’autorisation d’être pédant. Après je dirais que ma signature, c’est ma joie de vivre,  mon entrain. Je suis rigolote et je pense être très motivante : j’ai toujours plein d’idées et de projets.

Demain ?


Je suis une compétitrice hors-pair, j’adore les challenges. Mon souhait : être encore meilleure demain qu’aujourd’hui, et me développer davantage.

Un rêve ?


Ne jamais m’arrêter, et que mes enfants aient la même passion que moi.

Par Izzy Détective

Photographies: Mikael Vojinovic

Stylisme: Karine Dunesme & Duchatel Biarritz

Remerciements: Blunt Manufacture, Golf de Biarritz Le Phare, M. Erviti - Centre Service PORSCHE

site bandeau.jpg

Pour les addicts du papier, les amoureux du facteur, et du courrier tant attendu, LIFE IS ART lance son abonnement!
 

Faites de votre boîte aux lettres un écrin d'épicurisme et d'art quatre fois par an.

LIFE IS ART reste gratuit, seuls les frais d'envoi sont à votre charge.

 

Life is Art,

dans votre boîte aux lettres.

 

© 2018 LIFE IS ART MAGAZINE édité par SARL Lodiska - 45 cours de la Libération - 33000 BORDEAUX - FRANCE