CAMILLE MORINEAU

AWARE: replacer la femme dans l'histoire de l'art

Une amie d’enfance m’a parlé du French Curiosity Club. Un « rendez-vous de curiosité pour dynamiser les esprits féminins ». Cela se passe au Musée de la Monnaie… J’y vais intriguée. J’y découvre Camille Morineau venue y parler de son association AWARE. Je tombe littéralement sous le charme de cette femme passionnée et passionnante venue parler des femmes artistes. Directrice des expositions et des collections de la Monnaie de Paris, Camille Morineau a travaillé pendant 10 ans au Centre Pompidou comme conservatrice des collections contemporaines.


Quel est le but poursuivi par votre association ?


AWARE, Archives of Women Artists, Research and Exhibitions, est une association d’intérêt général fondée en 2014 dont la grande ambition scientifique est de réécrire l’histoire de l’art de manière paritaire. Il est grand temps de replacer les artistes femmes au même plan que leurs homologues masculins, de faire connaître leurs œuvres, et de donner une plus grande visibilité aux artistes femmes des XXe et XXIe siècles, par différents moyens, supports et actions. En effet, les artistes femmes du XXe siècle ont longtemps subi, et pour beaucoup, souffrent encore, du manque de visibilité et de reconnaissance sur leur travail. Moins montrées, moins publiées, leurs œuvres moins achetées ou à moindre valeur… les artistes femmes ont été prises dans ce cercle vicieux de la méconnaissance. 

L’histoire de l’art tient cependant compte de certaines artistes.


Savez-vous qu’au Louvre 99% des œuvres des collections permanentes ont pour auteur un artiste homme? Les quelques artistes femmes que nous connaissons aujourd’hui ont mis très longtemps à apparaître : Sonia Delaunay a attendu un demi-siècle pour sortir de l’ombre de Robert son époux… Louise Bourgeois avait 96 ans lorsque le musée national d’Art moderne - Centre Pompidou lui a consacré sa première rétrospective française…Niki de Saint Phalle a connu la célébrité de son vivant mais pour les seules Nanas alors que son travail est beaucoup plus complexe… et des milliers d’autres ont été oubliées faute d’avoir été montrées, puis célébrées par les grandes expositions et enfin récompensées par des prix.

Vous œuvrez également pour faire rentrer les artistes femmes dans les collections permanentes des musées, et en mettant vous-même en place des expositions les concernant.


Il y a eu l’accrochage de la collection « Elles » au Centre Pompidou (2009-2011) avec 350 œuvres réalisées par des femmes, l’exposition « Women House » en décembre 2016 qui regroupait 40 femmes artistes explorant l’espace domestique. Plus récemment, Grayson Perry, grand sculpteur contemporain qui vit son féminisme en se déguisant en femme.

Est-ce que les musées sont sensibles à la démarche d’AWARE ?


Oui. Je constate que de plus en plus de musées sont enthousiastes : Le Centre Pompidou, le musée d’Orsay pour ne citer qu’eux. Cela dépend bien évidemment de la personnalité du directeur du musée.
 

Comment procédez-vous ?


Notre travail de recherche avec des historiennes de l’art, des avocats… est très collectif. Tous nos textes sont illustrés. C’est un énorme travail et surtout un très gros budget, car l’on doit négocier chaque image auprès de l’artiste ou de ses ayants droit. Tous les textes sont traduits en anglais, écrits par des spécialistes, et validés par un comité éditorial et scientifique. Tout ce travail est possible grâce à des entreprises qui nous soutiennent, dont la fondation Chanel, et le ministère de la culture qui s’est engagé sur plusieurs années. Mais notre travail nécessite que d’autres entreprises s’engagent à long terme. Tout le monde peut aider AWARE en faisant des dons sur notre site.

Concrètement, quelles sont vos actions ?


Il y a tout d’abord le site internet, qui est une véritable plateforme documentaire, et qui met en lumière l’actualité des expositions organisées dans les institutions muséales. La création d’un centre de documentation basé à Paris en partenariat avec des universités et les centres de documentation des plus grands musées d’art moderne et contemporain qui permet la constitution d’un fond documentaire. AWARE organise également des tables rondes en France et à l’étranger. Des prix AWARE sont également remis chaque année à une artiste émergente et confirmée. Nous organisons également des visites de musées à la découverte des artistes femmes et de leurs œuvres. 


En 2018, seulement 19 femmes comptent parmi les cent artistes les plus visibles dans le monde, d’après le classement Artindex. Vos actions devraient permettre d’augmenter cette proportion ?


Je l’espère vivement !

 

Par Karine Dunesme

Portrait Camille Morineau ©AWARE

Affiche exposition "Women house", Birgit Jurgenssen, I want out of here!, ©Estate Birgit Jurgenssen Bildrecht, Vienna Courtesy Galerie Hubert Winter, Vienna

site bandeau.jpg

Pour les addicts du papier, les amoureux du facteur, et du courrier tant attendu, LIFE IS ART lance son abonnement!
 

Faites de votre boîte aux lettres un écrin d'épicurisme et d'art quatre fois par an.

LIFE IS ART reste gratuit, seuls les frais d'envoi sont à votre charge.

 

Life is Art,

dans votre boîte aux lettres.

 

© 2018 LIFE IS ART MAGAZINE édité par SARL Lodiska - 45 cours de la Libération - 33000 BORDEAUX - FRANCE